Your browser version is outdated. We recommend that you update your browser to the latest version.

Ënnerwee op der Diddelénger Haard 

Entdeckt eist neit Fotobuch vun der Diddelenger Haard, mat Fotoe gemaach vun zwee Membere vun Diddeleng Hëlleft! Bestellt e per Mail bei diddelenghelleft@dudelange.lu oder fannt et am Rucolino an am Weltbuttek zu Diddeleng!

*

Découvrez le nouveau livre de photo vous présentant la "Diddelenger Haard" à travers des photos prises par deux de nos membres ! Commandez le par email chez diddelenghelleft@dudelange.lu ou trouvez le au Rucolino et au Weltbuttek à Dudelange!

Fotosbuch/livre photo - 23€

 

PROJETS 2012

Table alphabétique des ONG soutenues

 

ONGs soutenues en 2012

pays bénéficiaire

part DH

A S T M

Philippines

4 400,00 €

Action pour un Monde Uni AMU

Argentine

4 000,00 €

Amitié am Sand Amizero 

Rwanda

4 500,00 €

Association Solidarité Luxembourg-Nicaragua

Nicaragua

2 000,00 €

Bridderlech Deelen

Mali

4 500,00 €

CSI asbl

Burkina Faso

3 500,00 €

Enfants de l'Espoir

Colombie

4 000,00 €

Fondation Dr Engel Elvire

Burkina Faso

4 000,00 €

Frères des Hommes

Guatemala

3 000,00 €

Les Amis du Tibet

Tibet

4 000,00 €

ONGD-FNEL

Népal

2 500,00 €

P. A. D. E. M.

Kenya

3 000,00 €

SOS Faim

Burkina Faso

3 000,00 €

Terre des Hommes

Nicaragua

4 000,00 €

Unity Foundation

Kenya

4 000,00 €

 Total projets soutenus pour 2012

 

54 000,00€

 

 

 

 

 

 

SUBSIDES 2012

pays bénéficiaire

part DH

 

 

 

A. S. E. C.

Kamerun

1 000,00 €

Amicale Rwanda Luxembourg

Kenya

1 500,00 €

Association Promotion des Iles de Paix

Benin

1 000,00 €

Ecole Européenne

Luxembourg

1 000,00 €

ILULA / I.O.P.

Tanzania

1 500,00 €

Le soleil dans la main

Burkina Faso

2 000,00 €

PACHIY Project

Tibet

2 000,00 €

Solidarité Afrique.lu asbl

Burkina Faso

1 000,00 €

SOS Sahel

Mali

1 000,00 €

WARMTH - Athénée de Luxembourg

Afrique du Sud

1 500,00 €

Total subsides soutenus pour 2012

 

13 500,00€

 

 

 

 TOTAL soutenus 2012

 

67 500,00€

 

 

 

 


A S T M – Action Solidarité Tiers Monde                                       

Projet: Philippines - Amélioration de la situation de santé de la population de sept municipalités de la province Nueva Ecija

Description de projet

NE-CBHP s’engage depuis 1987 à la mise en place des programmes communautaires de santé de base dans la province de Nueva Ecija au nord des Philippines pour répondre à l’absence de services adéquats publics accessibles à la population pauvre de cette région rurale. L’objectif principal est de mettre en place des systèmes de santé de base autogérés par les organisations locales.

La formation des femmes des villages comme agents de santé de base joue ici un rôle clé. Pendant plusieurs ans, NE-CBHP a dû adapter son programme de travail normal pour organiser des activités de suivi des violations des droits humains et pour accompagner des communautés traumatisées par les atrocités perpétrées par les unités de l’armée stationnées dans la région. Entre temps, la situation est devenue plus tranquille, ce qui permet à NE-CBHP de reprendre le travail de la mise en place des programmes de santé de base. Cependant, ils continuent à inclure des activités d’appui psychologique aux victimes de la période de la terreur. En plus, ils travaillent avec d’autres ONG dans le suivi des cas de violations de droits de l’homme dans la région.

Le projet actuel, qui a commencé en janvier 2012, vise la mise en place des programmes de santé de base dans des nouvelles communautés et la consolidation des programmes existants. En dehors de la formation des agents de santé et l’éducation à la santé communautaire, le projet prévoit l’installation des potagers pour assurer une meilleure nutrition et la promotion de la production et de l’utilisation des médicaments à base de plantes.

 

Coût total (durée 3 ans – 2e année du projet)

118 485,44 €

Apport

40 474,68 €

Part DH 2012

4 000,00 €

 


A M U – Action pour un Monde Uni

Projet: Argentine - Développement du Centre communautaire « EsperandoSueños » au quartier Villa Albertina à Buenos Aires.

 

Description de projet

La population du quartier pauvre « Villa Albertina » compte un pourcentage élevé d’enfants etd’adolescents qui passent la plus grande partie de la journée en dehors du temps scolaire à traîner dansles rues, exposés aux problèmes tels que drogues, prostitution, violence. En 2006, l’Action pour un Monde Uni a soutenu dans ce quartier la réalisation du centre sportifcommunautaire « EsperandoSueños », ayant comme objectif la création d’un point d’intégration pourtoute la communauté du quartier. Dans le cadre d’une deuxième phase de projet, le centre « EsperandoSueños » essaie d’encadrerd’avantage les adolescents et les familles par les activités suivantes :

  • L’amélioration de l’infrastructure du centre sportif permettant un meilleur accueil.
  • La réinsertion d'enfants et d’adolescents dans l’enseignement scolaire.
  • Contrôles médicaux réguliers et soutien des besoins de santé des enfants.
  • Amélioration des liens et contacts entre les services de santé du quartier pour pouvoir suivremieux le traitement des enfants et des jeunes.
  • Ateliers de prévention de drogues, hygiène et bien-être.
  • Ateliers sur l’alimentation et organisation de pique-niques collectifs au sein du centre.
  • Accès aux nouvelles technologies et à l'Internet.
  • Intégration des familles au centre et sensibilisation pour des engagements communautaires.

 

Coût total (durée 3 ans – 1ière année du projet)                                                   145 610,53 €

Apport                                                                                                             48 536,84 €

Part DH 2012                                                                                                  4 500,00 €

 


Amitié am Sand Amizero asbl

Projet: Rwanda - Extension et développement du Centre Scolaire Amizero à Ruhango, au Rwanda avec création d’un Centre de Rencontre

 

Description de projet

Objectif 1:      Combler le manque de salles

Pour arriver à 2x3 classes préscolaires et 2x6 classes primaires, il faut encore construire 2 salles de classe, un bureau pour le secrétariat et la direction, une salle de réunion (Enseignants, Turere Ibibondo), un bloc latrines (& mobilier) ;

Création de postes supplémentaires : 2 enseignants, 2 aides-maternelle, 1 veilleur 

Objectif 2:      Développer le Centre Scolaire

-Création d’un centre de rencontre (disposant d’une salle informatique, d’une bibliothèque, d’une salle de réunion et d’une salle de projection (& mobilier)). Ce centre de rencontre pourrait être fréquenté par la population locale et contribuerait à l’information et à l’éducation des adultes (santé, nutrition, informatique, alphabétisation,…).

Création de postes supplémentaires : 1 bibliothécaire à mi-temps, 1 informaticien à mi-temps ;

-Création d’une cantine scolaire (1 bâtiment cédé par la Commune à rénover  (servira de réfectoire) & construction d’un local abritant la cuisine (& mobilier)

Pas de postes supplémentaires : Des parents d’élèves s’occuperont de la préparation des repas.

Objectif 3:      Améliorer la santé des élèves

Constat : malnutrition, problèmes de santé, absences scolaires prolongées de certains enfants, pas de suivi ;

Construction d’une salle pour l’infirmerie & l’éducation à la santé (nutrition, hygiène, prévention…) & éducation sexuelle des filles ;

Création de postes supplémentaires : 1 infirmière à mi-temps, 1 agent social à mi-temps (Il pourra faire le suivi des enfants en difficulté.) ;

La création d’une cantine répond également à cet objectif.

 

Coût total (durée 4 ans - 2ième année du projet)

300 000,00 €

Apport

182 036,75 €

Part DH 2012

4 500,00 €

 


Association Solidarité Luxembourg-Nicaragua

Projet: Nicaragua - Formation de jeunes ruraux et renforcement des organisations paysannes des départements de León et Chinandega au Nicaragua

 

Description de projet

La première phase du projet auprès de 120 familles des communautés del Pajaro, Yaosca, Brisas Central et Babaska de la municipalité de Rancho Grande s’est terminée le 31/12/2011 et un processus de développement rural soutenable est en place. Cette phase, qui a reçu le soutien de Diddeléng Hëlleft, a atteint les résultats attendus par le projet dans sa proposition initiale. Néanmoins, les acquis obtenus sur la zone doivent être consolidés et il reste encore des défis à relever pour les familles paysannes  (déforestation, infrastructures productives insuffisantes, manque de connaissance des paysans, participation encore faible des femmes et des jeunes) ce qui explique pourquoi les petits producteurs ont demandé une seconde phase.

Cette deuxième phase de 3 ans a pour objectif de renforcer:

  • la capacité productive de 120 petits producteurs en suivant les principes de l’agriculture biologique
  • l’intégration des producteurs à la coopérative Rios de Aguas Vivas
  • la structure organisationnelle des 4 organisations communautaires
  • l’égalité homme/femme
  • le mouvement des jeunes participant au projet ce qui améliora leur insertion économique, sociale, culturelle, politique et assurera une relève générationnelle.

 ADDAC réalisera des évaluations semestrielles dans chaque communauté afin de mieux adapter son accompagnement et pour sa part, l’ASLN visitera le projet tous les ans.

 

Coût total (durée 3 ans - 1ière année du projet)

118 485,00 €

Apport

4 000,00 €

Part DH 2012

2 000,00 €

 


Bridderlech Deelen

Projet: Mali - Appui à la réinsertion socio-professionnelle des jeunes à risque dans la ville de Ségou

 

Description de projet

Au Mali, beaucoup de jeunes quittent les régions rurales pour s’installer dans les grandes villes. L’organisation « Action Jeunesse Rurale » (AJR) s’est fixé comme but de soutenir les jeunes vulnérables de la ville de Ségou qui n’ont pas trouvé de travail et se voient exposés à la précarité.

 AJR fait une enquête pour connaître les jeunes dans le besoin. Ensuite, l’ONG organise une formation de base en métiers (coiffure, plomberie/carrelage, menuiserie bois ou métallique, coupe/couture) qui dure 3 ans ainsi que des cours d’alphabétisation, de calcul et de gestion pour 80 jeunes.

 Les jeunes motivés qui ont suivi cette formation de base, ou d’autres jeunes ayant les connaissances nécessaires, peuvent continuer à se former: la formation de spécialisation est actuellement proposée pour la broderie/stylisme et pour la menuiserie bois et métallique.

 Pendant leur formation, AJR soutient les jeunes en ce qui concerne la nourriture et le transport. Quatre éducateurs font le suivi des jeunes afin de résoudre d’éventuels problèmes avec les formateurs ainsi que des soucis familiaux qui parfois peuvent pousser le jeune à abandonner sa formation. A la fin de la formation de base, les jeunes reçoivent un kit de réinsertion qui leur permet d’exercer le métier appris.

 

Coût total (durée 3 ans – 1ière année du projet)

567 612,00 €

Apport

27 727,00 €

Part DH 2012

4 500,00 €

 


CSI - Chrëschtlech Solidaritéit International

Projet: Burkina Faso - Programme de renforcement des capacités des femmes et des jeunes filles en miliue rural

 

Description de projet

Le projet concerne 90 groupements féminins dans 90 villages de 4 provinces (Bazèga, Boulkiemdé, Oubritenga et Kadiogo) du Burkina Faso et vise les objectifs suivants :

  • Des femmes et des jeunes filles alphabétisées capables d’écrire, de lire et de s’exprimer en français. Ainsi qu’augmenter le taux d’alphabétisation des femmes de 30% dans les 90 villages concernés.
  • 75% des femmes en âge de procréer dans les 90 villages concernés connaissent les risques de transmission du virus du sida de la mère à l’enfant.
  • Les femmes des groupements féminins des villages cibles acquièrent des connaissances et des compétences techniques et diversifient leurs sources de revenus et améliorent la qualité de la production et la gestion de leurs activités génératrices de revenus.
  • 50% des femmes et des jeunes filles des villages concernés acquièrent des connaissances sur les lois et les textes en vigueur au Burkina Faso et s’impliquent dans la promotion des droits humains et la démocratie. Réduction des violations des droits humains et des violences faites aux femmes et aux jeunes filles dans les villages concernés par le projet.

 

Coût total (durée 3 ans – 3e année du projet)

133 545,00 €

Apport

9 044,00 €

Part DH 2012

3 500,00 €

 


Enfants de l’Espoir

Projet: Colombie - Projet d’appui éducatif, d’hygiène et de nutrition pour les enfants et les jeunes défavorisés de  plusieurs bidonvilles du sud de Bogota

 

Description de projet

Le projet se localise dans les alentours de Bogota (5 bidonvilles). Les familles bénéficiaires ne disposent pas en général d’un revenu fixe et assuré. Les rémunérations  sont souvent inférieures au salaire minimum légal colombien, qui pour le moment se situe à 170,00 € par mois. En réalité ce salaire minimum la plus part de population ne le reçoit pas car les le travail est temporaire. Après déduction du loyer et d’autres frais, les moyens dont disposent ces familles ne leur permettent plus de subvenir aux frais de scolarisation de tous leurs enfants, de sorte que dans beaucoup de cas, un seul d’entre eux peut suivre régulièrement les cours d’une école.

Pour ces raisons ce projet prétend offrir un apport à la partie éducative, à la nutrition et à la hygiène de 250 enfants des familles de deux quartiers  u centre ville de Bogota, et des localités de la cité Bolivar, de Bosa, de San Cristobal (quartier de la Flora). Et, d’offrir d’autres services importants pour le développement éducatif de l’enfant qui ne sont pas subventionnés par l’État ni par aucune entité éducative de santé de la ville de Bogota. Le projet prétend couvrir tout d’abord les frais d’uniformes, outils scolaires, services complémentaires : comme thérapies, services odontalgiques, examens spécialisés, ateliers de formation et développement personnel, traitements de problèmes d’apprentissage, d’éducation complémentaire, suivi psychologique et soins d’optométrie et en la méditions de l’audition (évaluation de l’ouïe)     

Bénéficiaires 

Le nombre de bénéficiaires directs sont les 250 enfants entre 6 et 18 ans,  dont 150 filles et 100 garçons et les 250 familles (la plus part monoparentales) des localités de Bogota et de la Municipalité de Soacha. 

Le nombre de bénéficiaires indirects sont les populations de ces quartiers de Bogota et les services d’aide sociales.

 

Coût total (durée 3 ans – 2e année du projet)

332 968,00 €

Apport

19 625,00 €

Part DH 2012

4 000,00 €

 


Fondation Dr Engel Elvire

Projet: Burkina Faso - TONDTENGA (Notre Terre)

 

Description de projet

Tondtenga = nom de l’école agricole avec internat fondés en 2005

  • projet entièrement financé par la FDEE en collaboration avec le MAE (construction + frais de fonctionnement)
  • située à Balkouy à 15 km de Ouagadougou sur une superficie de 7 ha
  • certificat biologique (aucun produit chimique)
  • biogaz, arrosage « goutte à goutte », photovoltaïque.
  • culture de plantes médicinales (universités de Würzburg et Ouagadougou)
  • supervision par Katrin Rohde (AMPO), une allemande vivant depuis 13 ans au Burkina.

Projets en 2010/2011 :

  • Supervision et soutien de 86 jeunes paysans:

En juin 2010 86 étudiants en fin de formation ont été réinsertés dans leurs villages équipés d’outils agricoles, de semences et d’animaux. Une parcelle de terre leur a été mise à disposition.

Jusque fin 2011 les jeunes paysans seront supervisés par les responsables de Tondtenga.

  •  Formation de 86 nouveaux étudiants dans un cycle de 2 ans:

Depuis juin 2010 Tondtenga a recruté pour un cycle de deux ans 86 jeunes défavorisés, orphelins pour la plupart, dans 8 villages. Ces jeunes suivront pendant deux ans, une formation entièrement gratuite comprenant: alphabétisation, commercialisation des légumes, nouvelles méthodes tropicales en travaux agricoles, élevage. De même les jeunes profitent de l’internat gratuit.

Buts :

  • aider une multitude de villages dans la lutte contre la pauvreté.
  • empêcher à l’exode rural qui entraîne le phénomène des enfants de la rue

 

Coût total

70 893,00 €

Apport

17 723,00 €

Part DH 2012

4 000,00 €

 


Frères des Hommes

Projet: Guatemala - Augmenter la capacité organisationnelle et des techniques de production de 15 organisations communautaires ce qui leur permettra de réaliser leurs activités génératrices de revenu et de renforcer l’économie locale

 

Description de projet

Les actions de SERJUS visent à développer les communautés rurales au niveau de leur développement économique, social, politique et culturel en essayant de renforcer les économies locales et de faire valoir leurs droits auprès des autorités du gouvernement municipal et départemental.

Les objectifs du projet sont de :

  • poursuivre les actions engagées dans les projets précédents soutenus par FDH à savoir consolider 15 associations communautaires pour qu’elles puissent subvenir à leurs différents besoins (nourriture, éducation, logement, représentation locale etc.)
  • renforcer 9 activités génératrices de revenu (AGR) de 8 organisations communautaires au niveau de la promotion et de la distribution commerciale de leurs produits
  • mettre en place au sein des 15 organisations communautaires des manuels de gestion des ressources économiques provenant des AGR
  • consolider institutionnellement le réseau des Programmes et organisations de femmes de la région de l’Occident-PRODEMRO grâce à la réalisation du programme de crédit et d‘activités productives

Les nombreux ateliers, formations, sessions de conseil et d’accompagnement pendant toute la durée du projet (du 01/01/2012 au 31/12/2014) vont permettre d’atteindre ses objectifs.

Les bénéficiaires sont 15 organisations communautaires rurales de base qui se situent dans la région occidentale du Guatemala et plus particulièrement dans les départements de Solola, Totonicapan, Quetzaltenango, Huehuetenango, San Marcos et Quiché soit environ 1 340 personnes.

 

Coût total

100 000,00 €

Apport

35 000,00 €

Part DH 2012

3 000,00 €

 


Les Amis du Tibet

Projet: Tibet - Construction d'un bâtiment comprenant une boulangerie, des pièces de stockage et des espaces pour les élèves du village d'enfants de BIR

 

Description de projet

Malgré les risques encourus pour envoyer leurs enfants en Inde via le Népal, beaucoup de familles tibétaines tentent de leur faire traverser la frontière pour qu’ils puissent être scolarisés et grandir dans leur culture (l’école est chère et en chinois).

L’organisation caritative TCV (Tibetan Children’s Villages) se charge d’accueillir et d’éduquer la quasi-totalité de ces enfants (environ 17000 de la crèche à l’université) réfugiés qui sont coupés pendant des années de leurs familles et proches restés au Tibet.

Pour ce projet, nous prévoyons de détruire partiellement à l’école de Bir (2000 enfants) un bâtiment devenu dangereux pour le remplacer par un « student center » abritant une boulangerie.

Des cabines de téléphone permettront aux élèves de contacter leurs proches dans un espace sécurisé. Pour ces enfants exilés, déracinés, pouvoir garder des liens est capital. Une boulangerie améliorera fortement leur régime alimentaire (surtout riz et lentilles) en fournissant du pain frais et de qualité et donnera un emploi stable à des apprentis boulangers. Un espace convivial permettra aux élèves une vie sociale, cruciale pour eux, en dehors des cours. Dans cet espace ils pourront se réunir, faire leurs devoirs sans être toujours dans les dortoirs et se détendre.

 

Coût total

358 363,00 €

Apport

34 537,00 €

Part DH 2012

4 000,00 €

 


ONG FNEL

Projet: Népal - Appui aux enfants de parents emprisonnés au Népal / Advocacy Forum Nepal

Description de projet

Il y a beaucoup d’enfants au Népal qui ont un de leur parent en prison. Selon un plan gouvernemental, ces enfants devraient être accueillis par un centre de réhabilitation dans les environs de la prison. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Le projet prend en charge les frais de fonctionnement du Home: les enfants sont accueillis, soignés, logés, nourris, habillés et scolarisés. Ces enfants, nécessitent des soins médicaux et psychologiques, un encadrement responsable et un appui scolaire particulier.

Notre partenaire local, l’association de défense des droits des enfants « Advocacy Forum » identifie les enfants les plus vulnérables en visitant les prisons et les familles des prisonniers. Elle privilégie la réintégration des enfants dans leur communauté d’origine.

Les bénéficiaires directs sont 20 enfants, âgés de 4 à 15 ans. Ces enfants bénéficient d'un programme de réhabilitation complet.

10 des 20 enfants appuyés par notre projet vivent à la maison d’accueil à Pasikot, les 10 autres enfants vivent dans leur communauté villageoise mais sont suivis régulièrement par le personnel d’encadrement au service de notre partenaire local.

Les soins et la formation que ces enfants de parents en prison vont recevoir leur serviront de fondation pour bâtir leur avenir. Ils seront mieux préparés pour se réintégrer normalement dans leur communauté respective.

 

Coût total (durée 1 an)

27 724,00 €

Apport

5 600,00 €

Part DH 2011

2 500,00 €

 


PADEM

Projet: Kenya - Education secondaire des filles de Kibera, Nairobi

Description de projet  

Le projet s’inscrit dans la continuité du partenariat entre PADEM et la Kibera Girls Soccer Academy (KGSA) initié en 2008. Son objectif à long terme est d’améliorer durablement les conditions de vie des femmes vivant à Kibera et de changer les mentalités à leur encontre.

 Le projet se décline en trois axes d’intervention :

  • éducation secondaire complète des jeunes filles de Kibera
  • augmentation des revenus de leurs parents grâce à la mise en place d’un fonds de micro-crédit économique
  • lutte contre les violences domestiques et sexuelles dont sont victimes les femmes en général et combat contre l’impunité

 Les résultats attendus sont :

  • Soutenir l’éducation secondaire des jeunes filles en leur offrant un enseignement de qualité pour qu’elles puissent accéder à des études supérieures (de type université ou collège)
  • Augmenter les revenus des parents d’élèves et des femmes violentées les plus vulnérables grâce à la mise en place d’un fonds de micro-crédit.
  • Œuvrer à la vulgarisation des droits des femmes grâce à une formation en micro - justice
  • Offrir un lieu d’accueil et de refuge aux  femmes violentées de Kibera
  • Sensibiliser la population de Kibera aux droits des femmes et à la lutte contre la violence.

 

Coût total (durée 2 ans – 2e année du projet)

81 500,00 €

Apport

5 000,00 €

Part DH 2012

3 000,00 €

 


SOS FAIM

Projet: Burkina Faso - Appui à l’agriculture familiale (maraîchage) dans les Provinces du Plateau Central et du Centre-Nord du Burkina Faso, en partenariat avec l’ONG ‘APIL’ (Action pour la promotion des Initiatives Locales)

 

Description de projet

L’APIL est une ONG d’appui de droit burkinabé aux populations rurales dans plusieurs domaines : apiculture, élevage, laiterie, maraîchage, microfinance et décentralisation. Dans le cadre de son tout nouvel Accord-Cadre 2011-2013 signé par SOS Faim avec le MAE le 27 janvier 2011, SOS Faim a décidé de soutenir les activités de maraîchage de ce tout nouveau partenaire. 2011 constitue la première année de l’appui.

Les bénéficiaires sont les producteurs maraîchers organisés en groupements sous l’impulsion de l’ONG APIL. Actuellement, ils sont au nombre de 375. Concrètement, l’objectif est de renforcer les capacités des maraîchers des communes de Kaya, Pissila et Boussouma, principalement par la maîtrise des techniques de production et de transformation dans une optique de développement durable. Parallèlement, l’APIL entend renforcer les relations entre les autorités communales et les groupements paysans dans chacune des trois communes où les activités sont menées.

 

Coût total

60 000,00 €

Apport

12 000,00 €

Part DH 2012

3 000,00 €

 


Terre des Hommes

Projet: Nicaragua - Prise en charge des enfants et jeunes filles de la rue toxicomanes, abusées sexuellement et vivant  dans les quartiers à haut risque à Managua/Nicaragua

 

Description de projet

Constituée en février 2000, notre ONG partenaire « Inhijambia » est actuellement la seule association à Managua à prendre en charge les jeunes filles, jeunes mamans souvent pas plus âgées que quatorze ans, vivant dans la rue, dans des abris du « Mercado oriental », les parcs publics, les « basureros » (décharges publiques), les « edificios » (édifices en ruines depuis le tremblement de terre de 1972), occupés clandestinement par d’innombrables personnes sans abri. Les filles sont victimes de violence intrafamiliale répétée, d’abus et d’exploitation sexuelle. L’extrême pauvreté, à laquelle s’ajoute un machisme perpétuel, font que les filles et les femmes constituent le groupe  le plus menacé et les plus vulnérable de la société. Dépourvues de toute perspective d’avenir, beaucoup d’entre elles inhalent la colle de cordonnier, une façon de s’évader de la dureté du quotidien et d’apaiser la faim. Ces inhalations entravent gravement la santé, provoquent des lésions cérébrales irréparables et ne font qu’accélérer la marginalisation sociale. Inhijambia travaille sur le terrain, dans les zones de Managua les plus touchées par ce phénomène. L’association dispose de deux Foyers de jour, qui offrent refuge, alimentation saine, éducation pour les mères et les bébés, programmes de désintoxication, aides médicale et psychologique. Une dizaine  de jeunes femmes, les « promotoras », ont pu être formées au sein de l’association et interviennent auprès des filles en détresse, dans les milieux dont elles-mêmes sont ressorties, dont elles connaissent le tissage socioculturel. TdHL soutient Inhijambia depuis 2009 par ses fonds propres.  En tant que représentante  de TdHL, j’ai moi-même séjourné à Inhijambia du 4 au 30 octobre 2010. Depuis janvier 2012, notre projet triannuel sera cofinancé par le MAE.

 

Coût total (durée 3 ans – 1e année du projet)

331 068,00 €

Apport

27 984,00 €

Part DH 2012

4 000,00 €

 


Unity Foundation

Projet: Kenya - Formation et développement social

 

Description de projet

Dans l'Ouest du Kenya, le système d’éducation actuel dispense un enseignement très théorique que les jeunes venant de milieu rural ne savent pas appliquer en pratique. Ceci aggrave encore la tendance à la migration urbaine, les jeunes cherchant à trouver des emplois adaptés à leur éducation. La plupart du temps ces jeunes ont beaucoup de mal à trouver un emploi et ceci même dans le secteur informel. Il convient – dans ce contexte – de souligner que le taux de chômage national avoisine les 40%. Il reste à souligner que les jeunes qui restent dans le milieu rural, de par les lacunes de leur éducation, n’ont aucun moyen pour aider et faire progresser leurs communautés.

Le Programme d'Action Sociale (PAS) est un programme d’autonomisation et de renforcement des capacités. L’objectif du PAS est de préparer les individus à être des promoteurs de leurs communautés et de les aider à trouver des solutions créatives et pratiques aux problèmes locaux. La formation englobe un programme d’études s’axant sur des thèmes très variés tels les mathématiques, la production alimentaire au sein des petites entreprises agricoles, la promotion de l’environnement, les aspirations des jeunes par rapport à la société, la santé, etc. Le dénominateur commun à la base de cette formation étant le fait de devenir un membre actif et au service de la communauté. La formation essaie de garantir un savant dosage entre l’apprentissage théorique et pratique. Les étudiants sont motivés à mettre en pratique la matière apprise par la réalisation de campagnes de sensibilisation et d’information sur des thèmes de santé et d’hygiène, la tenue de cours pour les enfants en âge préscolaire, le nettoyage des campagnes, …

 

Coût total (durée 3 ans – 2e année du projet)

177 118,00 €

Apport

18 424,00 €

Part DH 2012

4 000,00 €