Your browser version is outdated. We recommend that you update your browser to the latest version.

Ënnerwee op der Diddelénger Haard 

Entdeckt eist neit Fotobuch vun der Diddelenger Haard, mat Fotoe gemaach vun zwee Membere vun Diddeleng Hëlleft! Bestellt e per Mail bei diddelenghelleft@dudelange.lu oder fannt et am Rucolino an am Weltbuttek zu Diddeleng!

*

Découvrez le nouveau livre de photo vous présentant la "Diddelenger Haard" à travers des photos prises par deux de nos membres ! Commandez le par email chez diddelenghelleft@dudelange.lu ou trouvez le au Rucolino et au Weltbuttek à Dudelange!

Fotosbuch/livre photo - 23€

 

 

PROJETS 2011

Table alphabétique des ONG soutenues

 

PROJET 2011

pays bénéficiaire

part DH

A S T M

Burkina Faso

4 500,00 €

Action pour un Monde Uni AMU

Uruguay

4 500,00 €

Aide à l'Enfance de l'Inde

Inde

3 000,00 €

Amitié Am Sand Amizero asbl

Rwanda

4 500,00 €

Association Solidarité Luxembourg-Nicaragua

Nicaragua

3 000,00 €

CSI asbl

Burkina Faso

4 500,00 €

Enfants de l'Espoir

Colombie

5 000,00 €

Fondation Dr Engel Elvire

Burkina Faso

4 500,00 €

Indesch Patenschaften

Inde

3 000,00 €

Niños de la Tierra asbl.

Bolivie

4 000,00 €

ONGD-FNEL

Népal

3 000,00 €

P. A. D. E. M.

Haïti

3 000,00 €

SOS Faim

Burkina Faso

4 000,00 €

Unity Foundation

Kenya

4 000,00 €

 Total projets soutenus pour 2011

 

54 500,00€

 

 

 

 

 

 

SUBSIDES 2011

pays bénéficiaire

part DH

 

 

 

A. S. E. C.

Cameroun

1 000,00 €

Objectif Tiers Monde

Haïti

1 500,00 €

Solidarité Afrique.lu asbl

Burkina Faso

1 500,00 €

SOS Sahel

Burkina Faso

1 500,00 €

Total subsides soutenus pour 2011

 

5 500,00 €

 

 

 

 TOTAL soutenus 2011

 

60 000,00€

 

 

 

 


A S T M – Action Solidarité Tiers Monde                                       

Projet: Burkina Faso - Promotion d’agriculture écologique et renforcement des capacités dans les régions du Nord et de l’Est du Burkina Faso

Description de projet

La situation géographique et climatique au Burkina rend la pratique d’agriculture extrêmement difficile ; cependant, l’agriculture reste le principal moyen de subsistance pour la plupart de la population. Vivant déjà dans des conditions très précaires, ils voient leur situation s’aggraver sous les effets du changement climatique (inondations et sécheresses inhabituelles). L’association ARFA se consacre depuis sa création en 1995 à l’amélioration des conditions de vie de la population rurale au moyen de la promotion d’une agriculture respectueuse de l’environnement.

Le présent projet a deux volets principaux. Il s’agit d’une part d’aider la population à augmenter leur production agricole par voie des techniques de production biologique et à améliorer la commercialisation de leurs produits. D’autre part, il est prévu de développer une structure nationale pour la promotion de l’agriculture biologique au Burkina. La zone d’intervention couvre 28 villages dans l’Este du pays et 5 villages au Nord avec un nombre total de bénéficiaires directs d’environ 14 000 personnes.

Le projet constitue le prolongement du projet annuel présenté en 2010 avec l’ajout de deux nouveaux éléments, notamment l’appui à l’alphabétisation fonctionnelle ainsi que le renforcement des capacités techniques des paysans pour les cultures pluviales. En accord avec le partenaire, il a été décidé de commencer un nouveau projet triennal dès 2011 pour être en concordance avec le nouvel accord cadre avec le MAE qui a débuté en janvier 2011.

 

Coût total (durée 3 ans – 2e année du projet)

77 564,33 €

Apport

40 101,00 €

Part DH 2011

4 500,00 €

 

 


A M U – Action pour un Monde Uni

Projet: Uruguay - Construction du Centre de formation « Alberto Fernandez » et lancement d’un programme de formation dans le cadre du centre d’assistance sociale « Nueva Vida » à Montevideo.

Description de projet

Les habitants du quartier pauvre « Barrio Borro » à Montevideo vivent dans des baraques construites en carton, tôle et bois. La population souffre d’un manque d’hygiène élémentaire et d’assistance médicale efficace et de dénutrition. Beaucoup de jeunes filles sont enceintes dès l’âge de 13 à 14 ans.

La plupart des jeunes ont abandonné leurs études pour se mettre comme le père, à vider les poubelles pendant la nuit à Montevideo pour trouver quelque chose à manger ou des matériaux destinés au recyclage. Cette situation pousse les jeunes rapidement à devenir de plus en plus inactifs et à traîner dans les rues, exposés aux problèmes tels que drogues, prostitution, violence.

Pour changer à la base la situation des jeunes du quartier, CO DE SO, à travers son centre d’accueil « Nueva Vida » travaille depuis des années avec les jeunes de 12 – 18 ans.

Le projet prévoit :

-   d’offrir des cours et des ateliers permanents pour les jeunes dans les domaines suivants: étiques sociales, droits des adolescents, la santé et le bien-être, la culture uruguayenne, le civisme,

-   de lancer un programme de formation en matière de gastronomie

-   la construction d’un centre de formation pour héberger ces activités

 

Coût total (durée 3 ans – 1e année du projet)                                                    145 610,53 €

Apport                                                                                                            48 536,84 €

Part DH 2011                                                                                                  4 500,00 €

 

 


Aide à l'Enfance de l'Inde

Projet: Inde - Programme médico-social pour la population tribale, Sud de l’Etat du Gujérat, Inde. Society of the Daughters of the Cross

Description de projet

Le programme se déroule en Inde, Etat du Gujérat, districts de Surat, Baruch et Narmada; plus précisément: dans 109 villages des alentours des petites villes de Zankhvav, Dadwada, Nanisingloti et Ankleshwar dans le sud de l’Etat. Les bénéficiaires sont les 55'000 habitants de ces villages, qui sont majoritairement des «adivasis» (indigènes). Dans les 4 villes mentionnées ci-dessus, les Sœurs de la congrégation des «Daughters of the Cross» gèrent 4 dispensaires, et ce depuis des années. AEI a soutenu déjà plusieurs projets des Sœurs.

Le présent programme, qui a commencé en avril 2009 et dont la première année et la deuxième année ont été appuyées par «Diddeleng Hëlleft», comprend 4 volets différents:

1) un volet ciblé sur la santé et l’hygiène,

2) un volet de formations pour 2'000 jeunes filles des villages cible,

3) un volet de renforcement des groupements de femmes, des groupements d’entraide et des coopératives de crédit, et enfin

4) un volet éducatif pour les enfants: 35 classes d’éducation préscolaire avec plus de 730 enfants sont organisées.   

L’objectif du programme est d’améliorer l’état de santé des villageois et de contribuer au renforcement des femmes et des jeunes filles par le biais de formations à leur égard.

 

Coût total

62 063,75 €

Apport

12 412,75 €

Part DH 2011

3 000,00 €

 


Amitié Am Sand Amizero asbl

Projet: Rwanda - Extension et développement du Centre Scolaire Amizero à Ruhango, au Rwanda avec création d’un Centre de Rencontre

Description de projet :

Objectif 1:     Combler le manque de salles    
                    Pour arriver à 2x3 classes préscolaires et 2x6 classes primaires, il faut    
                    encore construire 2 salles de classe, un bureau pour le secrétariat et la
                    direction, une salle de réunion (Enseignants, Turere Ibibondo), un bloc    
                    latrines (& mobilier) ;
                    Création de postes supplémentaires : 2 enseignants, 2 aides-maternelle, 1
                    veilleur

Objectif 2:     Développer le Centre Scolaire
                    -Création d’un centre de rencontre (disposant d’une salle informatique,
                    d’une bibliothèque, d’une salle de réunion et d’une salle de projection (&
                    mobilier)). Ce centre de rencontre pourrait être fréquenté par la population
                    locale et contribuerait à l’information et à l’éducation des adultes (santé,
                    nutrition, informatique, alphabétisation,…).    
                    Création de postes supplémentaires : 1 bibliothécaire à mi-temps, 1
                    informaticien à mi-temps ;
                    -Création d’une cantine scolaire : 1 bâtiment cédé par la Commune de Ruhango à rénover qui servira de réfectoire &                      construction d’un local abritant la cuisine & mobilier. Pas de postes supplémentaires : Des parents d’élèves s’occuperont                     de la préparation des repas.

Objectif 3:     Améliorer la santé des élèves    
                    Constat : malnutrition, problèmes de santé, absences scolaires prolongées de certains enfants, pas de suivi.
                    Construction d’une salle pour l’infirmerie & l’éducation à la santé (nutrition, hygiène, prévention…) & éducation sexuelle                     des filles   
                    Création de postes supplémentaires : 1 infirmière à mi-temps, 1 agent social à mi-temps (Il pourra faire le suivi des                     enfants en difficulté.)
                    La création d’une cantine répond également à cet objectif.

 

Coût total (durée 5 ans – 2e année du projet)

325 613,00 €

Apport

33 262,00 €

Part DH 2011

4 500,00 €

 


Association Solidarité Luxembourg-Nicaragua

Projet: Nicaragua - Formation de jeunes ruraux et renforcement des organisations paysannes des départements de León et Chinandega au Nicaragua

Description de projet

ACAM est une organisation légale reconnue juridiquement par l’Etat nicaraguayen qui a pour mission de subvenir aux enfants défavorisés de la ville de Masaya.

L’objectif du projet est de prévenir la consommation de drogue chez 75 fillettes et adolescentes à risque de 3 quartiers pauvres de Masaya et de renforcer l’autonomie financière d’ACAM en mettant en place un Télécentre Informatique Communautaire. Concrètement le projet va permettre à 75 filles et adolescentes âgés de 12 à 17 ans (25 par an) fortement exposées à la consommation de drogues de participer au programme d’attention de l’enfance en détresse d’ ACAM basé sur des thérapies occupationnelles. Les familles des jeunes filles seront également sensibilisées à cette problématique.

Le travail social d’ACAM auprès des communautés de Masaya est très important mais il fait face à l’irrégularité des fonds de la coopération internationale. ACAM a décidé de réagir en proposant avec le consulting de l’ASLN, une activité économique qui soit à la fois rentable économiquement (c’est-à-dire qui permette une rentrée de fonds propres) tout en fournissant un service social à la population pauvre des quartiers défavorisés : l’installation d’un Télécentre Informatique Communautaire-TIC.

 

Coût total (durée 3 ans – 2e année du projet)

72 000,00 €

Apport

9 000,00 €

Part DH 2011

3 000,00 €

 

 

 


CSI - Chrëschtlech Solidaritéit International

Projet: Burkina Faso - Programme de renforcement des capacités des femmes et des jeunes filles en milieu rural 

Description de projet

Le projet concerne 90 groupements féminins dans 90 villages de 4 provinces (Bazèga, Boulkiemdé, Oubritenga et Kadiogo) du Burkina Faso et vise les objectifs suivants :

-       Des femmes et des jeunes filles alphabétisées capables d’écrire, de lire et de s’exprimer en français. Ainsi qu’augmenter le taux d’alphabétisation des femmes de 30% dans les 90 villages concernés.

-       75% des femmes en âge de procréer dans les 90 villages concernés connaissent les risques de transmission du virus du sida de la mère à l’enfant.

-       Les femmes des groupements féminins des villages cibles acquièrent des connaissances et des compétences techniques et diversifient leurs sources de revenus et améliorent la qualité de la production et la gestion de leurs activités génératrices de revenus.

-       50% des femmes et des jeunes filles des villages concernés acquièrent des connaissances sur les lois et les textes en vigueur au Burkina Faso et s’impliquent dans la promotion des droits humains et la démocratie. Réduction des violations des droits humains et des violences faites aux femmes et aux jeunes filles dans les villages concernés par le projet.

 

Coût total (durée 3 ans – 2e année du projet)

150 668,06 €

Apport

16 826,72 €

Part DH 2011

4 500,00 €

 


Enfants de l’Espoir

Projet: Colombie - Projet d’appui éducatif, d’hygiène et de nutrition pour les enfants et les jeunes défavorisés de  plusieurs bidonvilles du sud de Bogota, Colombie

Description de projet

Le projet se localise  dans les alentours de Bogota (5 bidonvilles). Les familles bénéficiaires  ne disposent pas en général d’un revenu fixe et assuré. Les rémunérations  sont souvent inférieures au salaire minimum légal colombien, qui pour le moment se situe à 170,00 Euro  par mois. En réalité ce salaire minimum la plus part de population ne le reçoit pas  car les le travail est temporaire.  Après déduction du loyer et d’autres frais, les moyens dont disposent ces familles ne leur permettent plus de subvenir aux frais de scolarisation de tous leurs enfants, de sorte que dans beaucoup de cas, un seul d’entre eux peut suivre régulièrement les cours d’une école.

Pour ces raisons ce projet prétend offrir un apport à la partie éducative, à la nutrition et à la hygiène de 250 enfants des familles de deux quartiers  du centre ville de Bogota, et des localités de la cité Bolivar, de Bosa, de San Cristobal (quartier de la Flora).  Et, d’offrir d’autres services importants pour le développement éducatif de l’enfant qui ne sont pas subventionnés par l’État ni par aucune entité éducative de santé de la ville de Bogota.  Le projet prétend couvrir  tout d’abord les frais d’uniformes, outils scolaires, services complémentaires : comme thérapies, services odontalgiques, examens spécialisés, ateliers de formation et développement personnel, traitements de problèmes d’apprentissage, d’éducation complémentaire, suivi psychologique et soins d’optométrie et en la méditions de l’audition (évaluation de l’ouïe)     

Bénéficiaires 

Le nombre de bénéficiaires directs sont les 250 enfants entre 6 et 18 ans,  dont 150 filles et 100 garçons et les 250 familles (la plus part monoparentales) des localités de Bogota et de la Municipalité de Soacha. 

Le nombre de bénéficiaires indirects sont les populations de ces quartiers de Bogota et les services d’aide sociales.

 

Coût total (durée 3 ans – 1e année du projet)

332 967,92 €

Apport

65 989,10 €

Part DH 2011

5 000,00 €

 


Fondation Dr Engel Elvire

Projet: Burkina Faso TONDTENGA (Notre Terre)

Description de projet

-Tondtenga = nom de l’école agricole avec internat fondés en 2005

-projet entièrement financé par la FDEE en collaboration avec le MAE (construction + frais de fonctionnement)

-située à Balkouy à 15 km de Ouagadougou sur une superficie de 7 ha

-certificat biologique (aucun produit chimique)

-biogaz, arrosage « goutte à goutte », photovoltaïque.

-culture de plantes médecinales (universités de Würzburg et Ouagadougou)

-supervision par Katrin Rohde (AMPO), une allemande vivant depuis 13 ans au Burkina.

 

Projets en 2010/2011:

1)        Supervision et soutien de 86 jeunes paysans:

En juin 2010 86 étudiants en fin de formation ont été réinsertés dans leurs villages équipés d’outils agricoles, de semences et d’animaux. Une parcelle de terre leur a été mise à disposition.

Jusque fin 2011 les jeunes paysans seront supervisés par les responsables de Tondtenga.

2)        Formation de 86 nouveaux étudiants dans un cycle de 2 ans:

Depuis juin 2010 Tondtenga a recruté pour un cycle de deux ans 86 jeunes défavorisés, orphelins pour la plupart, dans 8 villages. Ces jeunes suivront pendant deux ans, une formation entièrement gratuite comprenant: alphabétisation, commercialisation des légumes, nouvelles méthodes tropicales en travaux agricoles, élevage. De même les jeunes profitent de l’internat gratuit.

Buts:

-aider une multitude de villages dans la lutte contre la pauvreté.

-empêcher à l’exode rural qui entraîne le phénomène des enfants de la rue

 

Coût total (durée 2 ans – 2e année du projet)

323 550,80 €

Apport

80 887,70 €

Part DH 2011

4 500,00 €

 

 


Indesch Patenschaften

 

Projet: Inde - Construction of School Building at Arubotey West Bengal India Catholic Diocese of Darjeeling

Description de projet

Arubotey est située à 35 km de Darjeeling. Le village est accessible par jeep spéciale. La situation économique précaire dans laquelle se trouve la population, dont les revenus proviennent principalement de l’agriculture, est la cause directe du manque d’éducation des enfants, ceux-ci sont encouragés à travailler très jeunes et donc à abandonner les études pour améliorer la situation financière de la famille. Malheureusement le personnel des écoles gouvernementales existantes est peu motivé. En 2002 la construction d’une école a été décidée mais faute de moyens elle n’a pas été achevée. Elle est fréquentée par environ 150 enfants de différents villages. Il y a quatre instituteurs, trois sont payés par IP et 36 enfants sont sponsorisés par des familles luxembourgeoises. Nous avons aussi financé le « training for two girls to become instructors for teaching sewing etc. to women and girls”.

L’école secondaire la plus proche est à 2 heures de marche du village. Pour cette raison très peu de personnes originaires de ces villages ont fait des études supérieures (1 ou 2 seulement ont un diplôme universitaire) La presque totalité des personnes âgées est illettrée mais comprend l’importance de l’école pour l’avenir de leurs enfants.

Le bâtiment comprendra 2 étages :

-       Rez-de chaussée salles de classe

-       Au premier : bureaux, salle pour instituteurs, habitation du directeur

-       2 ème: Salle de sport et de réunion pour parents. (Réunions concernant l’école, la santé et la vie quotidienne y seront organisées)

Le projet est vraiment d’une très grande importance pour ces villages

 

Coût total

67 058,45 €

Apport

22 357,28 €

Part DH 2011

3 000,00 €

 


Niños de la Tierra

Projet: Bolivie - Amélioration de la sécurité alimentaire dans la Centrale Régionale de Chapisirca (commune de Tiquipaya)

Description de projet

A la suite d’un diagnostic détaillé réalisé à notre demande par Anawin dans les communautés indigènes de haute montagne autour de Chapisirca en Bolivie (projet en 2009), notre partenaire local a identifié ensemble avec les habitants de cette région les problèmes et potentialités principales à la base de ce projet :

  • La nécessité d’améliorer la production agricole et l’élevage de manière durable,
  • la conservation et la gestion durable des ressources naturelles,
  • le renforcement institutionnel surtout en faveur des jeunes et des femmes.

Ainsi le projet tourne autour du concept de la sécurité alimentaire et contient les composantes suivantes :

  • formation de ressources humaines locales (ateliers d’agriculture et d’élevage) ;
  • réalisation de jardins maraîchers familiaux, d’ateliers de préparation d’une alimentation saine ;
  • conservation des sols,  diversification de la production, amélioration de la génétique du petit bétail, introduction de la pisciculture dans les lagunes, appui à la transformation des produits locaux (locoto) en vu d’une meilleure commercialisation ;
  • coopération avec les écoles de la zone (intégrer une formation théorique et pratique en écologie, santé, alimentation saine dans le cursus normal) ;
  • coopération avec le Centre de Santé de Chapisirca (activités de santé, d’hygiène et d’amélioration de la prévention avec la communauté) ;
  • génération d’espaces de rencontres pour les femmes ;
  • surveillance et réparation du réseau de distribution d’eau potable local (formation de plombiers, création d’un comité) ;
  • implication des étudiants de dernière année de la faculté de vétérinaire et d’agriculture de l’Université Mayor San Simón dans les travaux d’entretien et de conservation des sols, formations locales données par les étudiants et leurs professeurs.

Ce projet suit les stratégies proposées par l’actuel gouvernement bolivien et aura un impact important sur la vie quotidienne des 3500 personnes concernées.    

 

Coût total (durée 3 ans – 2e année du projet)

241 628,47 €

Apport

80 542,82 €

Part DH 2011

4 000,00 €

 


ONG FNEL

Projet: Népal - Appui aux enfants de parents emprisonnés au Népal / Advocacy Forum Nepal

Description de projet

Il y a beaucoup d’enfants au Népal qui ont un de leur parent en prison. Selon un plan gouvernemental, ces enfants devraient être accueillis par un centre de réhabilitation dans les environs de la prison. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Les bénéficiaires directs sont 20 enfants, âgés de 4 à 15 ans. Ces enfants bénéficient d'un programme de réhabilitation.

Le projet prend en charge les frais de fonctionnement du Home: les enfants sont accueillis, soignés, logés, nourris, habillés et scolarisés. Ces enfants, nécessitent des soins médicaux et psychologiques, un encadrement responsable et un appui scolaire particulier.

12 des 20 enfants appuyés par notre projet vivent à la maison d’accueil à Pasikot, les 8 autres enfants vivent dans leur communauté villageoise mais sont suivis régulièrement par le personnel d’encadrement au service de notre partenaire local « Advocacy Forum », association de défense des droits de l’homme.

« Advocacy Forum » identifie les enfants les plus vulnérables en visitant les prisons et les familles des prisonniers. Elle privilégie la réintégration des enfants dans leur communauté d’origine.

 

Coût total (durée 1 an)

30 540,90 €

Apport

10 180,30 €

Part DH 2011

3 000,00 €

 


PADEM

Projet: Haïti - Augmentation durable des revenus des femmes sinistrées de La Vallée de Jacmel, Haïti en partenariat avec ADRESFEM, La Vallée de Jacmel, Haïti

Description de projet  

Objectif spécifique : Augmenter durablement les revenus des femmes de la Vallée de Jacmel par la mise en place d’un fonds de micro – crédit pérenne et la distribution de moyens de transport.

Dans le cadre de ce projet, il est prévu la mise en place d’un fonds rotatif de micro – crédit de 15 000 EUR qui bénéficiera à 50 femmes la première année (une dizaine de groupes) sur base d’un prêt annuel individuel de l’ordre de 300 EUR en moyenne, avec taux d’intérêt dégressif de 3%. A la fin de la première année, si le taux de remboursement est de 90%, 55 nouvelles femmes pourront bénéficier d’un crédit, et suivant le même calcul, à la fin de la troisième année, 60 nouvelles femmes seront concernées, ce qui porte à 165 le nombre de bénéficiaires du fonds au terme des 3 années de projet. Le nombre de bénéficiaires sera ensuite constant au terme des 3 ans car les frais de gestion du fonds seront payés par le fonds. Il sera essentiel ainsi, au terme des trois ans, de définir exactement les modalités de poursuite du fonds, dans une logique d’autonomisation (les procédures seront analysées avec précision pendant toute la durée du projet). Les deux agents de crédit ont été identifiées au sein du groupe ADRESFEM, et le coordinateur de projet est également identifié (il s’agit de M. Hartmann).

Durant les trois années de projet, la gestion sera une composante fondamentale pour assurer la pérennité des deux grandes activités du projet, et ce à plusieurs niveaux :

Taux de remboursement du micro–crédit le plus proche possible de 100% pour permettre une bonne rotation du fonds et bénéficier à un maximum de personnes. Par ailleurs, c’est ce taux de remboursement fort qui permettra d’intégrer le salaire des trois personnes en charge du suivi de projet dans les produits générés par les intérêts des crédits. Durée de vie maximale des mulets, et remboursements des 250 gourdes mensuelles par l’ensemble des bénéficiaires, dans le but d’acheter au plus vite de nouveaux mulets

- Maîtrise parfaite des enjeux et des mécanismes par l’équipe en charge du projet, afin qu’elle puisse poursuivre le suivi du projet au terme des trois ans. Une mission d’audit final, en fin de projet, permettra de s’assurer que les procédures sont bien en place et que l’équipe les maîtrise. Un manuel de procédures sera rédigé dans ce sens afin de constituer un recours pour l’équipe en cas de problème.

 

Coût total (durée 3 ans – 2e année du projet)

70 770,00 €

Apport

30 000,00 €

Part DH 2011

3 000,00 €

 

 


SOS FAIM

Projet: Burkina Faso - Appui à l’agriculture familiale (maraîchage) dans les Provinces du Plateau Central et du Centre-Nord du Burkina Faso, en partenariat avec l’ONG ‘APIL’ (Action pour la promotion des Initiatives Locales)

Description de projet

L’APIL est une ONG d’appui de droit burkinabé aux populations rurales dans plusieurs domaines : apiculture, élevage, laiterie, maraîchage, micro-finance et décentralisation. Dans le cadre de son tout nouvel Accord-Cadre 2011-2013 signé par SOS Faim avec le MAE le 27 janvier 2011, SOS Faim a décidé de soutenir les activités de maraîchage de ce tout nouveau partenaire. 2011 constitue la première année de l’appui.

Les bénéficiaires sont les producteurs maraîchers organisés en groupements sous l’impulsion de l’ONG APIL. Actuellement, ils sont au nombre de 375. Concrètement, l’objectif est de renforcer les capacités des maraîchers des communes de Kaya, Pissila et Boussouma, principalement par la maîtrise des techniques de production et de transformation dans une optique de développement durable. Parallèlement, l’APIL entend renforcer les relations entre les autorités communales et les groupements paysans dans chacune des trois communes où les activités sont menées.

 

Coût total

60 000,00 €

Apport

12 000,00 €

Part DH 2011

4 000,00 €

 

 


Unity Foundation

Projet: Kenya - Développement intégré avec la Jeunesse de la Guyane

Description de projet

Description du Projet Dans l'Ouest du Kenya, le système d’éducation actuel dispense un enseignement très théorique que les jeunes venant de milieu rural ne savent pas appliquer en pratique. Ceci aggrave encore la tendance à la migration urbaine, les jeunes cherchant à trouver des emplois adaptés à leur éducation. La plupart du temps ces jeunes ont beaucoup de mal à trouver un emploi et ceci même dans le secteur informel. Il convient – dans ce contexte – de souligner que le taux de chômage national avoisine les 40%. Il reste à souligner que les jeunes qui restent dans le milieu rural, de par les lacunes de leur éducation, n’ont aucun moyen pour aider et faire progresser leurs communautés.

Le Programme d’Action Sociale (PAS) est un programme d’autonomisation et de renforcement des capacités. L’objectif du PAS est de préparer les individus à être des promoteurs de leurs communautés et de les aider à trouver des solutions créatives et pratiques aux problèmes locaux. La formation englobe un programme d’études s’axant sur des thèmes très variés tels les mathématiques, la production alimentaire au sein des petites entreprises agricoles, la promotion de l’environnement, les aspirations des jeunes par rapport à la société, la santé, etc. Le dénominateur commun à la base de cette formation étant le fait de devenir un membre actif et au service de la communauté. La formation essaie de garantir un savant dosage entre l’apprentissage théorique et pratique. Les étudiants sont motivés à mettre en pratique la matière apprise par la réalisation de campagnes de sensibilisation et d’information sur des thèmes de santé et d’hygiène, la tenue de cours pour les enfants en âge préscolaire, le nettoyage des campagnes, …

 

Coût total (durée 3 ans – 1e année du projet)

195 321,35 €

Apport

 

Part DH 2011

4 000,00 €